Prix des tests PCR : récit de 15 mois de tergiversations

Profitant d’un vide juridique qui a duré un an et demi, les laboratoires ont pratiqué des tarifs exorbitants et au-delà de tout contrôle sur les tests PCR. Alors que le ministère de la Santé s’est montré incapable de trancher, il aura fallu l’intervention du ministère des Finances pour enfin plafonner les prix.

Par

Le ministère des Finances a annoncé la baisse, à partir du 10 septembre, des prix des différents tests dans l’ensemble des laboratoires privés. Crédit: MAP

Près d’une année et demie après la fixation des prix des masques et gels hydroalcooliques, le gouvernement se décide enfin à encadrer les tarifs exorbitants des tests Covid-19. Lundi, le ministère de l’Économie et des Finances a annoncé la baisse des prix des différents tests dans l’ensemble des laboratoires privés du royaume, à partir du 10 septembre.

à lire aussi

Ainsi, les tests PCR passent de 700 à 400 dirhams. Pour quelles raisons les autorités ont-elles laissé les laboratoires privés s’enrichir dans ce contexte exceptionnel de pandémie, sans pouvoir intervenir ? Sachant que dès le 21 juillet 2020, le tarif du test PCR avait été fixé par arrêté ministériel à 500 dirhams dans les laboratoires et instituts publics, pourquoi ne pas avoir élargi cette mesure au secteur privé ?

Imbroglio sur la définition du test…

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes