Un restaurateur juif tué à Tanger, les premiers détails de l’affaire

Le service préfectoral de la police judiciaire de la ville de Tanger a ouvert une enquête suite à une affaire de coups et blessures à l’arme blanche, entraînant la mort du gérant d’un restaurant cacher à Tanger. Un suspect a été arrêté, tandis que les premiers détails de l’affaire ont été révélés.

Par

Le gérant du restaurant cacher Le Cercle à Tanger, Marco Rebibo, a été tué le 25 août 2021. Crédit: DR

Un nouveau drame secoue la ville de Tanger. Dans l’après-midi du mercredi 25 août, un individu muni d’une arme blanche est entré dans le restaurant cacher Le Cercle, situé en plein centre-ville, à l’angle de l’avenue du Prince héritier et de la rue du Mexique, entraînant la mort du gérant. Une enquête a été ouverte par le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger, sous la supervision du parquet compétent.

Le Cercle de Tanger, restaurant fondé en 1903, est une adresse bien connue de la communauté juive tangéroise.

Selon un communiqué de Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) diffusé par l’agence MAP, les données préliminaires de l’enquête indiquent que le suspect fréquentait régulièrement le restaurant tenu par la victime, un citoyen marocain de confession juive, pour recevoir des repas gratuits. La victime a rendu l’âme pendant son transport à l’hôpital.

Le suspect, placé en garde à vue, présenterait des signes de troubles mentaux, selon la DGSN. Âgé de 36 ans, il serait entré en altercation avec la victime en l’exposant à une agression physique à l’aide d’un couteau de petite taille. D’après les premiers éléments de l’enquête et les témoignages recueillis, la victime aurait refusé une demande de l’accusé qui voulait travailler comme journalier dans le restaurant en question, conclut le communiqué de la DGSN.

“C’était un homme bien”

Selon la société de radiodiffusion publique israélienne KAN News, le ministère israélien des Affaires étrangères a rapidement réagi à l’affaire : “Citoyen israélien poignardé à mort au Maroc. Les circonstances font l’objet d’une enquête par la police locale. Le ministère des Affaires étrangères et la ZAKA (service d’identification des victimes de catastrophes, ndlr) s’efforcent d’amener son corps en Israël”, peut-on lire dans la traduction de ce tweet.

Selon les premiers témoignages recueillis par le site d’information locale Tanja24, qui n’a pas tardé à se rendre dans le quartier où s’est déroulé le crime, trois témoins s’accordent à dire que le meurtrier fréquentait depuis trois jours consécutifs le restaurant.

Le gérant du restaurant “était quelqu’un de bien, que l’on voyait souvent dans le quartier. Il paraît que l’homme qui l’a poignardé allait manger là-bas ces trois derniers jours, gratuitement. Peut-être qu’aujourd’hui, il ne l’a pas servi, et que l’homme l’a poignardé. Nous n’étions pas à l’intérieur, c’est ce qu’on entend”, témoigne un premier commerçant.

“Nous sommes sous le choc, parce que ce genre de choses n’arrive jamais dans ce quartier”, ajoute un second. Selon ces témoins, les faits se seraient déroulés très rapidement : “Nous étions en train de travailler, jusqu’à ce qu’on entende beaucoup de bruit dans la rue. Des serveurs étaient en train de crier, ils demandaient de l’aide. Très vite, la police est arrivée et l’agresseur a été arrêté sur place.”

Le Cercle de Tanger, notamment fréquenté par des amateurs de bridge, est un restaurant fondé en 1903, bien connu de la communauté juive tangéroise, et dont l’ensemble des spécialités culinaires sont réalisées sous le contrôle du rabbin de la ville, Jacob Torjmane. Après une longue fermeture, le restaurant avait rouvert ses portes il y a seulement quelques mois.

Toujours selon les témoignages des commerçants, le gérant assassiné était bien connu du quartier : “Cela fait des années que nous sommes ses voisins, que nous travaillons en face de lui tous les jours. C’est un homme bien, il n’a jamais eu de problème avec personne”, a déclaré un commerçant au micro de Tanja24.

Selon KAN News et les premiers hommages de la communauté tangéroise rendus sur les réseaux sociaux, l’homme assassiné s’appelait Mordechai “Marco” Rebibo.

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles