Quand la pandémie interroge les liens des Marocains du monde avec leur pays d’origine

La crise liée à la pandémie de coronavirus a été un moment privilégié pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) de s’interroger sur le rapport au pays de leurs origines. Si certains en ont profité pour franchir le pas et s’installer dans le royaume, l’éloignement contraint pendant plusieurs mois a renforcé chez d’autres l’implantation dans leur nation d’accueil.

Par

Avec son père bloqué au Maroc pendant toute la dernière période de confinement et de fermeture des frontières, Latifa Bisbis, employée municipale à Istres dans le sud-est de la France, a craint le pire. “Imaginez qu’il soit mort là-bas, nous n’aurions même pas pu assister à ses funérailles”, témoigne la jeune femme, frissonnant encore d’effroi à cette perspective.

“Mon père, à 80 ans, a passé le ramadan tout seul, poursuit-elle. Ça a été un vrai traumatisme pour toute la famille. Avant la crise sanitaire, son objectif était de s’installer définitivement au Maroc. Nous, ses enfants, nous aurions fait des allers-retours. Aujourd’hui, il n’en est plus question. Il restera désormais plus de temps en France qu’au Maroc.”

De cette éprouvante expérience, Latifa Bisbis conserve une grande colère contre le royaume : “Pendant cette crise, le Maroc a donné des informations cruciales à la dernière minute. Le consulat du Maroc à Marseille ne m’a jamais répondu au téléphone. Je trouve que le pays ne respecte pas son peuple.

Opacité, complotisme et paranoïa

Mohsin Mouedden, militant associatif et figure de la communauté marocaine en Belgique, partage ce sentiment de dépit. En mars 2020, il a créé la page “Belgo-Marocains bloqués au Maroc/coronavirus” afin de permettre à tous les MRE du Plat pays coincés de l’autre côté de la Méditerranée de trouver des informations et de l’aide pour rentrer chez eux.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Déjà 785 migrants morts en route pour les Canaries entre janvier et août