Série Vincenzo : la mafia à la sauce coréenne

Larmes, tragédies, violences, complots… la série coréenne Vincenzo se réapproprie les codes de films de mafia en y ajoutant une pointe d’ironie.

Par

Vincenzo de Park Heen Woo
Avec ‘Vincenzo’, la réalisatrice Park Heen Woo signe une série de talent sur la mafia. Crédit: DR

Les premières minutes de l’épisode 1 n’ont rien à envier aux grands films réalisés sur la mafia italienne. Vincenzo, le consigliere (conseiller) d’un des plus grands parrains de la mafia italienne, regarde un immeuble s’effondrer. Son flegme nous rappelle celui de Tom Hagen, qui tient la même fonction dans Le Parrain de Francis Ford Coppola. Nous sommes au sud de l’Italie. Vincenzo, aux origines sud-coréennes, vient de perdre son père adoptif (le parrain Cassano).

Le ton est sérieux. Les scènes, accompagnées d’une musique d’opéra, sont grandioses

Il décide de venger sa mort. Il tue un autre chef de la mafia d’une manière dont seuls les mafieux sont capables. Le ton est sérieux. Les scènes, accompagnées d’une musique d’opéra, sont grandioses. Suite à un contretemps et un événement inattendu, il doit disparaître d’Italie et choisit de retourner dans son pays natal, la Corée du Sud, mais son pouvoir n’y est pas considéré. La série qui prenait, au début,…
article suivant

Affaire Omar Raddad : nouvelle requête en révision déposée jeudi après des découvertes ADN