Légalisation du cannabis, pour qui et pour quoi ?

Annoncé comme un cap historique, le projet de loi 13-21 a fait l’objet d’un passage éclair dans les travées du parlement. Il pourrait pourtant éluder certains des points essentiels au développement d’une industrie prometteuse. Agriculteurs, militants, autorités, entreprises pharmaceutiques et industrielles… 
qui aura le dernier mot ?

Par et

TelQuel

Le 29 avril 2021, lors d’un premier passage devant les députés, Abdelouafi Laftit exposait ses attentes et ne s’y trompait pas. “Le but est d’aller vite car nous sommes en retard”, martelait le ministre de l’Intérieur en anticipant d’emblée les éventuelles discussions et positions que polarise la plante. Le milieu d’une séquence où, effectivement, le cannabis s’est lentement détaché de sa feuille à rouler pour prendre place dans les travées clairsemées des chambres parlementaires. Considéré comme l’un des, si ce n’est le plus grand pays producteur de résine de cannabis au monde, le Maroc a ouvert la brèche à l’utilisation “légale” ou “licite” — selon les obédiences et prises de vues — du cannabis. Validé par le gouvernement le 11 mars dernier, le projet de loi légalise l’usage médical, thérapeutique et industriel…

article suivant

Qui est Chouhaid Nasr, le nouveau patron de Veolia Maroc ?