Télécoms, banques : ces oligopoles que le NMD veut briser

Manque de concurrence, sous-investissement, prix élevés… Constitués en oligopoles, certains secteurs freinent le développement économique du Maroc. Le rapport de la CSMD préconise d’ouvrir ces marchés à de nouveaux acteurs.

Par

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation, du Préscolaire et des Sports. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

Dès le début du rapport, la CSMD identifie les oligopoles comme un des nœuds systémiques de frein au développement. “Les insuffisances en matière de régulation de certains secteurs renforcent les postures oligopolistiques et les pratiques anti-concurrentielles, rendant l’entrée de nouveaux acteurs difficile”, tranche le document soumis par Chakib Benmoussa au roi Mohammed VI le 25 mai dernier. En l’absence de régulation claire, l’économie marocaine reste sclérosée par les oligopoles. La dernière affaire en date, l’entente sur les prix dans le secteur des hydrocarbures, n’a pas été abordée par le rapport général de la CSMD. Le sujet est évoqué dans les annexes, où la commission appelle l’Etat à conserver des leviers d’action dans ce secteur afin d’éviter que “certaines positions oligopolistiques ne nuisent à la compétitivité de l’économie ou au pouvoir d’achat des citoyens”. Cependant, la commission Benmoussa a appelé à l’ouverture de la concurrence dans deux secteurs particuliers :…

article suivant

Gouvernement : le trio RNI-PAM-Istiqlal accouche d’une Charte commune