Mineurs non accompagnés : chronologie d’une question épineuse

Revenue dans le débat après les récents événements de Sebta et Melilia, autour desquels se joue un bras de fer entre le Maroc et l’Espagne, la question des mineurs non accompagnés marocains présents dans l’Union européenne relève depuis 2016 d’un véritable casse-tête pour les autorités. 

Par

Ayman et Rachid, 17 ans tous les deux, tentent inlassablement de franchir les barrières qui mènent aux ferries à destination de l’Espagne. Ces barbelés équipés de lames de rasoir (concertinas) ont déchiré petit à petit la doudoune d’Ayman à force de tentatives. Crédit: Louis Witter

D’après un rapport datant de 2018 publié par l’association Trajectoires, spécialisée dans la prise en compte des populations migrantes habitant bidonvilles et squats en France, “de février 2017 à février 2018, environ 300 mineurs non accompagnés marocains seraient passés par la Goutte d’or (quartier de Paris, ndlr)”, un chiffre confirmé par les autorités locales. C’est que depuis 2016, les grandes villes européennes sont confrontées à une arrivée de mineurs non accompagnés maghrébins, dont des Marocains, qui pose un problème des deux côtés de la Méditerranée. En effet, le droit européen ne permet pas de renvoyer des mineurs dans leur pays d’origine.

Discussions bilatérales

Le 6 décembre 2020, Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux français, s’est rendu à Rabat pour signer avec son homologue Mohamed Benabdelkader un accord bilatéral portant sur la protection des mineurs non accompagnés. Un…

article suivant

Le PLF 2022 examiné en Conseil de gouvernement