Salaires, sexisme et plafond de verre : une étude s’intéresse aux femmes journalistes au Maroc

Dans une étude intitulée “Les femmes journalistes prennent la parole”, coordonnée par la journaliste Aicha Sakhri, l’Union de la presse francophone dresse un état des lieux de la condition des femmes dans le monde des médias. Disparités salariales, plafond de verre, harcèlement sexuel… Un tour d’horizon relativement optimiste, réalisé à partir d’un échantillon de 291 femmes journalistes.

Par

Selon l’étude de l’UPF, 70 % des femmes journalistes interrogées estiment que la situation des femmes dans les médias s’est améliorée ces dernières années. Crédit: Unsplash

Ce mercredi 26 mai, l’Union de la presse francophone (UPF) a présenté les résultats de son étude quantitative et qualitative relative à la place ainsi qu’aux conditions de travail des femmes journalistes dans la presse marocaine, “Les femmes journalistes prennent la parole”. Une étude entièrement conçue par le cabinet VQ, réalisée en partenariat le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France au Maroc, et coordonnée par la journaliste Aicha Sakhri,  afin de “recueillir des données et dégager des pistes de réflexion pour plus d’égalité entre hommes et femmes dans la profession”, peut-on lire dans l’introduction du rapport.

à lire aussi

Pour ce faire, l’étude a été réalisée à partir d’un échantillon de 291 femmes journalistes interrogées sur leur perception du métier…
article suivant

Des Marocains au Vietnam, un destin insolite