Nouveau modèle de développement : les 4 grands axes de transformation proposés par la CSMD

Dans son rapport remis ce 25 mai au roi Mohammed VI, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a listé quatre principaux axes de transformation pour atteindre les objectifs du nouveau modèle de développement. Les détails.

Par

Première réunion de la Commission sur le modèle de développement (CSMD), le 16 décembre 2019. Crédit: DR

Dans son rapport remis ce 25 mai au roi Mohammed VI, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a listé quatre principaux axes de transformation pour atteindre les objectifs du nouveau modèle de développement. Les détails.

Économie diversifiée, capital humain renforcé, inclusion de tous et durabilité des territoires : voici les quatre principaux axes de transformation proposés par la CSMD pour atteindre les ambitions et objectifs fondamentaux du nouveau modèle de développement fixés dans son rapport.

à lire aussi

Diversifier l’économie

Premièrement, le Maroc doit aller vers une économie productive et diversifiée créatrice de valeur et d’emplois de qualité, recommande la CSMD. L’économie doit ainsi évoluer d’une économie à faible valeur ajoutée et à basse productivité, avec des niches rentières et protégées, à une économie diversifiée et compétitive, portée par un tissu dense d’entreprises innovantes et résilientes.

Cela devra passer par différents choix stratégiques, à savoir la sécurisation de l’initiative entrepreneuriale, l’orientation des acteurs économiques vers les activités productives, la réalisation d’un choc de compétitivité, la mise en place d’un cadre macroéconomique au service de la croissance et l’émergence de l’économie sociale comme secteur économique à part entière.

Renforcer le capital humain

Deuxièmement, la CSMD préconise de renforcer le capital humain “pour donner à tous les citoyens les capacités de prendre en main leur devenir, de réaliser leur potentiel en toute autonomie, et de participer au développement du pays et à son intégration dans l’économie du savoir et de l’immatériel, portées par les compétences”.

Il s’agira ainsi d’assurer une éducation de qualité pour tous, un système d’enseignement universitaire, de formation professionnelle et de recherche axé sur la performance et porté par une gouvernance autonome et responsabilisante, et ériger des services de santé de qualité et la protection sanitaire comme droits fondamentaux des citoyens.

Inclure tout le monde

Troisièmement, la CSMD prône une transformation par l’inclusion et la solidarité. Objectif : la participation de tous les Marocains à la dynamique nationale de développement. “Toutes les populations (…) doivent être incluses dans l’effort collectif, principalement à travers la participation et l’accès égal aux opportunités économiques, à travers la protection sociale, et à travers l’ouverture et l’acceptation de la diversité de la société marocaine”, note la CSMD.

Pour ce faire, le Maroc devra autonomiser davantage les femmes et assurer l’égalité de genre et la participation, favoriser l’inclusion et l’épanouissement des jeunes en multipliant les opportunités et voies de participation, mobiliser la diversité culturelle comme levier d’ouverture, de dialogue et de cohésion, et assurer un socle de protection sociale qui “renforce la résilience et l’inclusion, et matérialise la solidarité entre citoyens”.

Place aux territoires

Enfin, les territoires sont le lieu du quatrième axe de transformation établi par la CSMD. “De réceptacle final de politiques conçues au niveau central, les territoires doivent devenir le lieu d’élaboration, d’ancrage et de portage des politiques publiques”, note le rapport.

Cet axe de transformation devra passer par l’émergence d’un “Maroc des régions” prospère et dynamique, la réorganisation innovante des échelons territoriaux, l’aménagement intégré des territoires, l’amélioration de l’habitat, du cadre de vie, de la connectivité et de la mobilité, la préservation des ressources naturelles, le renforcement de la résilience des territoires au changement climatique, et enfin la préservation des ressources en eau.

article suivant

Maroc-Espagne : ce que pense la diplomatie marocaine de la résolution du parlement européen