Interpol lance une initiative pour lutter contre la cybercriminalité en Afrique

Interpol a annoncé ce 12 mai la création d’un nouveau bureau des opérations contre la cybercriminalité, avec un financement britannique, afin de renforcer la capacité de 49 pays africains en matière de lutte contre ce fléau.

Par

Interpol lance une initiative pour lutter contre la cybercriminalité en Afrique. Crédit: Interpol

Le bureau Afrique contribuera à façonner une stratégie régionale pour conduire des actions coordonnées fondées sur le renseignement contre les cybercriminels et soutenir les opérations conjointes”, a indiqué l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), basée à Lyon (France).

La cybercriminalité est l’une des formes les plus prolifiques de la criminalité internationale, avec des dommages-intérêts qui coûteront à l’économie 10,5 milliards de dollars par an d’ici 2025, selon Interpol.

à lire aussi

“Nous travaillons avec des partenaires partageant les mêmes idées, pour s’assurer que l’ordre international qui régit la cyberactivité est adapté à son objectif. Notre objectif devrait être de créer un cyberespace libre, ouvert, pacifique et sûr, qui profite à tous les pays et tout le monde”, a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, qui s’exprimait lors de la conférence CYBERUK à Londres.

“Nous voulons voir le droit international respecté dans le cyberespace, comme partout ailleurs. Et nous devons montrer comment les règles s’appliquent à ces changements de technologie, aux changements de menaces et aux tentatives systémiques de vouloir rendre Internet un espace sans loi”, a ajouté le chef de la diplomatie britannique cité dans un communiqué d’Interpol.

“Avec plus de 4,5 milliards de personnes en ligne, plus de la moitié des l’humanité risque d’être victime de la cybercriminalité à tout moment”

Secrétaire général d’Interpol

Une évaluation de 2017 coordonnée par Interpol avec des partenaires et des pays membres en Afrique a révélé que chaque acte de fraude sur Internet ciblant les entreprises a permis aux cybercriminels de détourner en moyenne 2,7 millions de dollars et 422.000 dollars de particuliers.

“Avec plus de 4,5 milliards de personnes en ligne, plus de la moitié des l’humanité risque d’être victime de la cybercriminalité à tout moment, ce qui nécessite une réponse unifiée et forte”, a déclaré le secrétaire général d’Interpol.

“Le soutien du Royaume-Uni à l’initiative cybernétique d’Interpol en Afrique souligne son engagement dans ce combat et sera un élément important de l’architecture de sécurité mondiale pour lutter contre la cybercriminalité”, a-t-il ajouté.

Avec un financement britannique s’élevant à près de 3 millions de livres sterling, l’initiative contre la cybercriminalité en Afrique sera mise en œuvre par la direction de la cybercriminalité du complexe mondial Interpol pour l’innovation à Singapour.

Le projet offrira la possibilité d’effectuer des contrôles réguliers sur la cybercriminalité en Afrique et de publier des évaluations annuelles du paysage des menaces qui sous-tendent les activités opérationnelles.

(avec MAP)

article suivant

Qui est Chouhaid Nasr, le nouveau patron de Veolia Maroc ?