Le tribunal de Tiznit innocente le journaliste Mohamed Boutaâm

Le tribunal de première instance de Tiznit a innocenté ce 10 mai le journaliste Mohamed Boutaâm des accusations portées contre lui. Le verdict a été prononcé cet après-midi, quelques heures après la tenue d’une conférence de presse sur les circonstances de l’arrestation du journaliste.

Par

Conférence de presse pour la libération du journaliste Mohamed Boutaâm, au siège du Syndicat national de la presse (SNPM), le 10 mai 2021. Crédit: DR

Le journaliste Mohamed Boutaâm a été libéré ce lundi 10 mai, une semaine après son arrestation. Le directeur de publication du site d’information locale Tizpress était poursuivi pour “immixtion sans titre dans des fonctions publiques” en vertu de l’article 380 du Code pénal. Une première accusation qui s’ajoutait à une plainte pour “insulte, calomnie et diffamation”.

à lire aussi

Le tribunal de première instance de Tiznit vient d’innocenter le journaliste, également correspondant de presse dans la région du Souss. Un groupe de personnes s’est réuni cet après-midi devant la prison locale de Tiznit en attendant la libération de Mohamed Boutaâm, tout juste acquitté par le tribunal.

Fin de feuilleton

Tract appelant à la libération du journaliste Mohamed Boutaâm. On peut notamment y lire : “Le journalisme n’est pas un crime” et “la mafia de l’immobilier n’est pas au-dessus des lois”.Crédit: DR

Plus tôt dans la journée, le comité de défense du journaliste a organisé une conférence au siège du Syndicat national de la presse (SNPM). L’avocat Omar Daoudi a notamment expliqué que Mohamed Boutaâm était confronté à de nombreuses plaintes de la part d’un certain nombre de “gens corrompus bien connus dans la région”, et qu’“il avait reçu des appels de la police judiciaire, avant qu’il ne décide le 4 mai dernier de se rendre automatiquement à la police”.

Au sujet de ce feuilleton judiciaire, qui a débuté en mai 2020, l’avocat est également revenu sur les raisons de l’arrestation de son client. “L’enquête préliminaire sur cette affaire a été entachée de nombreuses violations”, a-t-il notamment déclaré, regrettant que “les charges sur la conformité du site Tizpress aux exigences du Code de la presse et de l’édition aient été adaptées selon les exigences du droit pénal”.

article suivant

[Le Scan] Moudawana : pourquoi une réforme s’impose