“Abus de position” de Sealand-Maersk : pourquoi les transporteurs saisissent le Conseil de la concurrence

Le géant du transport maritime Maersk vient d’appliquer une surcharge de 250 dirhams par conteneur acheminé par un autre transporteur que la compagnie danoise. Les professionnels saisissent le Conseil de la concurrence pour dénoncer un abus de position.

Par

Containers sur un cargo à TangerMed.
Le port de Tanger Med. Crédit: DR

Un nouveau dossier s’apprête à atterrir sur le bureau du Conseil de la concurrence. L’institution dirigée par Ahmed Rahhou depuis quelques semaines, en remplacement de Driss Guerraoui, devrait prochainement statuer sur un nouveau conflit opposant les acteurs nationaux de l’écosystème du commerce extérieur à Sealand, filiale du géant armateur danois Maersk. Depuis quelques jours, les voix des professionnels de la logistique se lèvent pour dénoncer un “abus de position” de Sealand-Maersk sur le marché national. Une colère qui fait suite à la décision de la compagnie maritime de soumettre les importateurs marocains à une nouvelle surcharge, dite “Merchant Haulage”, qui s’élève à 250 dirhams pour chaque conteneur transporté par un autre prestataire de livraison que la filiale de Maersk.

Vers un monopole ?

Les importateurs marocains font d’habitude appel à un prestataire de transport terrestre une fois le conteneur dédouané pour prendre le relais et acheminer la marchandise depuis le…

article suivant

Restrictions des déplacements de et vers la ville de Fès du 11 au 16 mai