Avec son autographie, Lahcen Zinoun fait un pas de deux avec le destin

Quelques jours après la parution de son autobiographie, nous rencontrons Lahcen Zinoun. Parcours semé d’embûches d’un danseur étoile et cinéaste, amoureux de l’art, du beau et de son pays.

Par

Lahcen Zinoun
“Chez moi, la créativité est due à des blessures”, explique Lahcen Zinoun. Crédit: Yassine Toumi

La maison Zinoun est un petit musée où tout est art et mouvement. Ses tableaux, qui ornent les murs, sont eux aussi mouvements. “Pour la peinture et le cinéma, je suis un autodidacte”, sourit celui qui a su trouver dans toutes les formes d’art un exutoire, afin de surmonter les épreuves que sa carrière lui a imposées.

Le rêve interdit, de Lahcen Zinoun
Le rêve interdit, de Lahcen Zinoun, est paru aux éditions Maha.
Calme et posé, le chorégraphe et réalisateur de 77 ans nous accueille avec un sourire en coin. Loin de toute prétention littéraire, il veut laisser une trace tangible derrière lui, qui s’ajoute à l’école Ballet Théâtre Zinoun, ainsi qu’à ses spectacles et longs-métrages, mais qui s’en distingue par l’intimité qu’elle recèle. Le Rêve interdit est avant tout la concrétisation d’une volonté de graver une mémoire. “Je travaillais initialement…
article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc