Agadir, ville martyre

Tremblement de terre à Agadir : récits d’une rescapée 1960-2020, de Orna Baziz
Tremblement de terre à Agadir : récits d’une rescapée 1960-2020, de Orna Baziz, éd. La Croisée des chemins (2021)

 

La ville dans laquelle le soleil brillait 365 jours par an s’est éteinte au 366e de l’année 1960, elle ne peut donc commémorer sa tragédie que les années bissextiles.

C’est-à-dire tous les quatre ans.

À 23 h 40 mn 14 s la terre a tremblé fortement pendant douze secondes, suffisantes pour effacer une ville entière de la surface de la terre et engloutir une grande partie de ses habitants.

On parle de quinze mille victimes. Vingt mille autres sont restées sans toit.

Soixante ans plus tard, les cœurs des rescapés tremblent encore à l’évocation d’Agadir.

L’auteure parle d’Agadir comme si le drame venait d’arriver, alors que les jeunes générations ont trouvé une ville reconstruite par la volonté de ses hommes et ses femmes.

Orna Baziz est native d’Agadir, elle vit aujourd’hui à Jérusalem, mais elle n’a rien oublié de cette nuit fatidique : “Ville de mes rêves et ville de mes cauchemars !”

Tremblement de terre à Agadir : récits d’une rescapée 1960-2020, de Orna Baziz, éd. La Croisée des chemins (2021)

«Tremblement de terre à Agadir: récits d'une rescapée 1960-2020»

Orna Baziz

120 DH

Livraison à domicile partout au Maroc

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains