L’affaire Brahim Bouhlel, ou quand les réseaux sociaux s’emparent de la justice

Nihed El Baroudi, écrivaine et juriste franco-marocaine, revient sur les travers de l’affaire Bouhlel, dénonçant un tribunal des réseaux sociaux et une dictature des émotions paralysant toute justice efficace.

Par

L'acteur Brahim Bouhlel dans la vidéo qui a fait polémique. Crédit: Capture d’écran

Brahim Bouhlel, jeune humoriste et acteur franco-algérien révélé par la série Validé, a l’habitude de se rendre au Maroc et plus particulièrement à Marrakech. Le 4 avril, il a posté sur les réseaux sociaux une vidéo voulue humoristique, mais insultante à l’égard du royaume. Insultante vis-à-vis des femmes marocaines, mais aussi des enfants mis en scène sur cette vidéo.

Dès sa diffusion, la vidéo a généré une série de commentaires et une vague d’indignation, notamment de la part de Franco-Marocains. Si l’indignation, initiée par l’ancien rappeur et boxeur franco-marocain Kamelancien, est légitime et témoigne de tout l’amour et la fierté que portent ces célébrités binationales à leur pays d’origine ou au pays de leurs parents, la réaction judiciaire semble toutefois disproportionnée.

 

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Plus de 90 blessés dans de nouveaux heurts à Jérusalem