Boubker Mazoz, l’homme qui a amené les États-Unis à Sidi Moumen

Très imprégné par la culture du pays de l’Oncle Sam, l’homme originaire de la ville de Salé a eu plusieurs casquettes durant sa carrière. Mais c’est par le volontariat et le social qu’il a réussi à impacter la vie de jeunes issus des quartiers les plus défavorisés.

Par

Nineteen seventy

Boubker MazozCrédit: DR
Boubker Mazoz est un volontaire dans l’âme, profondément convaincu de la nécessité d’accorder un accompagnement particulier aux jeunes issus des quartiers pauvres. Dans sa mission, il use de tous les moyens, jusqu’à profiter de la présence au Maroc de Hillary Clinton en 2013 et de Christine Lagarde en 2014 pour leur faire part de ses projets et les convaincre d’y contribuer financièrement. Derrière ce philanthrope, une carrière très américaine : “Juste après mon bac en 1969, j’ai obtenu une bourse pour effectuer une année d’échange aux Etats-Unis, dans un contexte marqué par la révolte des étudiants contre le service militaire, la lutte contre la ségrégation raciale, l’influence de Martin Luther King…”, raconte-t-il. Une année charnière dans sa vie, qui lui…
article suivant

Plus de 90 blessés dans de nouveaux heurts à Jérusalem