Restrictions ramadanesques : ce que prévoient les autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient

Alors que le Maroc a instauré un couvre-feu nocturne durant le mois de ramadan, les mesures de restriction sont différentes dans d’autres pays de la région du Maghreb et du Moyen-Orient. Tour d’horizon.

Par

Reprise des prières à la mosquée Hassan II en octobre 2020. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Six pays donneront le feu vert aux mosquées pour organiser des prières Tarawih, les prières nocturnes spéciales du ramadan, tandis que trois pays les interdiront en raison de la pandémie.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), le Koweït, l’Irak, l’Égypte et l’Algérie ont ainsi déclaré qu’ils autoriseraient les cinq prières ordinaires dans les mosquées, les sermons du vendredi et les Tarawih. Cependant, celles-ci seront soumises à des mesures de sécurité telles qu’une limite de temps, la distanciation physique ou encore le port du masque obligatoire.

Arabie saoudite : L’autorité nationale de gestion des crises et des catastrophes (NCEMA) a déclaré le 28 mars que pour ceux ayant une autorisation via l’application mobile Etamarna, les mosquées seront ouvertes pour toutes les prières, ainsi que pour la distribution de repas pour rompre le jeûne à la Grande mosquée de la Mecque.

Koweït : selon une déclaration publiée au début du mois par le ministre koweïtien des dotations et des Affaires islamiques, Issa Al-Kandari, un couvre-feu partiel sera en vigueur pendant le ramadan de 19 h à 5 h, et les Tarawih se maintiennent dans les mosquées situées à distance des habitations.

Égypte : Selon une déclaration publiée par le ministère égyptien des dotations le 1er avril, les mosquées ne seront ouvertes que pour les prières, y compris les sermons du vendredi et les Tarawih. Les responsables ont également reçu des instructions du ministère égyptien des dotations religieuses. Certaines prières de mosquées seront diffusées en direct, tout comme les conférences et les sermons religieux qui seront diffusés en ligne et sur les médias sociaux.

Tunisie : C’est un devoir religieux de prendre des mesures préventives et de se méfier de l’infection, a déclaré l’autorité religieuse Dar al-Ifta en Tunisie dans un communiqué, et c’est aussi un devoir national de réclamer la vaccination pour protéger l’âme et les autres.” D’autres mesures annoncées mercredi dernier par la porte-parole du gouvernement, Hasna Ben Othman, comprennent l’interdiction des rassemblements publics et privés, l’arrêt des marchés hebdomadaires ainsi qu’une réglementation plus stricte du port du masque et de la distanciation sociale.

Algérie : Selon un communiqué publié par le ministère des Affaires religieuses et des dotations le 1er avril, les mosquées algériennes seront ouvertes pour les prières du vendredi et des Tarawih, ces dernières ne devant pas durer plus de 30 minutes. Un couvre-feu sera également appliqué dans neuf des 58 provinces entre 23 h et 4 h du matin pendant le ramadan.

Jordanie : Le 28 mars, le gouvernement jordanien a annoncé que les prières de Fajr, Maghrib, Isha, Tarawih et du vendredi n’auraient pas lieu dans les mosquées, et qu’un couvre-feu complet serait appliqué le vendredi. Quant au reste de la semaine, de 18 h à 6 h, un couvre-feu partiel sera maintenu pour les organisations et les particuliers. Ces restrictions dureront jusqu’au 15 mai.

Turquie : Les musulmans du pays devront faire face à de nouvelles restrictions lors de cette saison de dévotion religieuse accrue. Les rassemblements pour le Shur et l’Iftar, respectivement les repas d’avant l’aube et de rupture du jeûne, seront interdits dans tout le pays pendant le mois sacré. Selon la présidence des affaires religieuses, les Tarawih ne seront pas autorisées dans les mosquées.

article suivant

Restrictions des déplacements de et vers la ville de Fès du 11 au 16 mai