Saâd-Eddine El Othmani au Parlement : “Nous sauvons des vies. L’Histoire retiendra cela”

Le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, est intervenu ce 12 avril devant le Parlement pour revenir sur la situation épidémiologique au royaume. Morceaux choisis.

Par

Saâd-Eddine El Othmani. Crédit: MAP

Dans son intervention face aux deux chambres du Parlement, Saâd-Eddine El Othmani est revenu sur la situation épidémiologique du royaume, justifiant l’instauration d’un couvre-feu nocturne durant le mois du ramadan. Voici les principaux points à retenir.

Autosatisfecit

“En un an de résistance collective, nous avons créé un modèle dans le combat contre le virus.”

“Les restrictions nous ont permis de contrôler le virus, notamment dans certaines régions qui connaissent peu de cas par jour.”

“Le Maroc suit de près les décisions prises dans le monde entier, mais prend ses propres décisions en respectant les caractéristiques maroco-marocaines. Nous ne copions aucun autre pays.”

“Nos scientifiques ont leurs propres carrières, leurs propres études, leur propre pensée. Ils interviennent dans toutes les chaînes nationales et internationales et représentent un vrai modèle et une source de fierté.”

“Tous les politiques et sécuritaires suivent les directives du comité scientifique et technique.”

Variants, vaccins, etc.

“Même les pays les plus développés ont fermé leurs frontières, restreint les déplacements, fermé les écoles… aucun pays ne ressemble à un autre, vu les caractéristiques improbables du virus.”

“Les pays de l’Union européenne ont fermé leurs frontières internes, à contresens de tous les principes de l’UE.”

“Le nombre de cas est reparti à la hausse, car certains pensent que le virus n’existe pas, d’autres ont confondu la fin du confinement avec la disparition du virus, d’autres ne prennent pas assez au sérieux les mesures sanitaires.”

“Ce que nous avons réalisé jusqu’à aujourd’hui dans la campagne de vaccination ne permet toujours pas d’atteindre l’immunité collective.”

“Tant que l’immunité collective n’est pas atteinte, nous continuerons d’imposer des restrictions sanitaires.”

“Nous n’avons aucune visibilité sur l’impact des vaccins à moyen et long terme.”

Ramadan, le choix du milieu

“Nous avons pris en considération deux points pour les décisions concernant le mois de ramadan. D’un côté, les restrictions actuelles nous ont permis de contrôler le virus, d’où la nécessité de les maintenir. D’un autre côté, la campagne de vaccination n’a pas avancé comme nous le souhaitions, vu la forte demande mondiale sur les vaccins.”

“Le comité scientifique et technique a tenu deux réunions, à quelques jours du mois du ramadan, et a conseillé à l’unanimité de maintenir toutes les restrictions sanitaires durant le mois du ramadan.”

“Les experts ont prévenu que tout retard dans la prise de décision aurait de très fortes répercussions sur la situation sanitaire.”

“À la veille du ramadan, nous étions face à trois scénarios : alléger les mesures et permettre aux Marocains de profiter de l’ambiance ramadanesque ; poursuivre la restriction des mesures sanitaires ; durcir les restrictions et se diriger vers un confinement comme cela a été le cas dans certains pays. Nous sommes conscients des répercussions économiques du confinement, nous avons donc opté pour le choix du milieu : la poursuite des restrictions sanitaires des derniers mois, en avançant le couvre-feu d’une heure.”

“Nous sommes conscients des répercussions sociales de nos restrictions, mais nous sauvons des vies. L’Histoire retiendra cela.”

“Restreindre les activités en journée reviendrait à tuer l’économie nationale. Nous avons donc choisi d’instaurer un couvre-feu nocturne, pour limiter la propagation du virus.”

Contrats-programmes

“Le gouvernement va accélérer la mise en place des contrats-programmes pour venir en aide à tous les secteurs concernés par la crise : restauration, tourisme, crèches, presse, événementielle…”

“Les aides sociales ont permis de réduire les impacts de la crise, selon le Haut-Commissariat au plan.”

“Le CVE continue de suivre la situation pour émettre de nouvelles recommandations.”

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques