Reda Sadiki : “Dire qu’il y a des bienfaits de la colonisation reviendrait à parler de bienfaits de l’esclavage”

Dans “Médecine et colonialisme au Maroc sous protectorat français” (éd. En Toutes lettres), le médecin Reda Sadiki analyse et déconstruit un ensemble de stéréotypes et d’informations erronées sur la médecine coloniale.

Par

Reda Sadiki
Reda Sadiki est médecin de formation. Crédit: DR

Vous soulevez la dimension raciste des documents historiques sur la médecine au Maroc avant le protectorat. Comment faut-il l’appréhender ?

L’idée n’est pas de ressasser le passé. C’est toute la démarche postcoloniale : ne pas juger l’histoire, mais desceller les reliquats de cette entreprise de domination. Voir dans quelle mesure et par quels moyens son esprit persiste. Ici, ma démarche consiste à m’éloigner de l’histoire officielle pour rétablir une histoire qui s’inscrive dans un régime de vérité, de faire l’analyse critique de l’action coloniale à l’aune de ses actions et de ses résultats.

Étant donné que ces documents ont été instrumentalisés, qu’en est-il de leur fiabilité historique ?

La question qui se pose est celle de savoir lire les sources. Médecine et colonialisme au Maroc, de Reda Sadiki, Médecine et colonialisme au Maroc sous protectorat français, de Reda Sadiki, vient de paraître aux éditions En…

article suivant

Les humoristes Brahim Bouhlel et Zbarbooking condamnés à un an de prison dont huit mois ferme