Le rap marocain en mal d’industrie musicale

En l’absence de chiffres de ventes et d’indicateurs pour mesurer leur influence, l’ébullition du rap marocain et son évolution financière restent difficilement quantifiables. Et viennent rappeler l’urgence d’une véritable industrie musicale.

Par

TELQUEL

Elle est scrutée, parfois même fantasmée: sous nos cieux , l’industrie musicale se fait toujours attendre. Au grand dam des artistes, notamment les rappeurs. Certains critiquent sa léthargie, d’autres tentent, tant bien que mal, de contourner son absence pour vivre de leur musique.

à lire aussi

“Il y a des manques au niveau de tous les maillons clés de la chaîne de production”

Narjes Bahhar, responsable éditoriale chez Deezer France
Il y a des manques au niveau de tous les maillons clés de la chaîne de production, que ce soit au niveau de l’enregistrement, de la production, du management ou de la possibilité de vivre de cette musique,” observe Narjes Bahhar, responsable éditoriale chez Deezer France. Conséquence: “Vu que l’ascenseur est en panne, les rappeurs marocains vont prendre les escaliers, à savoir envisager de s’inscrire à la SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) en France, puisque cela peut…
article suivant

[Le Scan] Moudawana : pourquoi une réforme s’impose