Chirurgie esthétique : “Il y a une sursexualisation qui relève de la culture pornographique”

Dans un essai paru en 2016, la sociologue française Anne Gotman livre le fruit d’une enquête sur l’histoire et les enjeux contemporains de la chirurgie esthétique.

Par et

De la réparation à l’esthétique, comment expliquer la demande exponentielle de modification corporelle et que dit-elle de nous? La sociologue française Anne Gotman, directrice de recherche émérite au CNRS-Cerlis, a enquêté sur ce phénomène dans L’identité au scalpel : la chirurgie esthétique et l’individu moderne. Entretien.

à lire aussi

Vous avez travaillé sur des sujets aussi divers que l’hospitalité, l’héritage, la religion ou encore le non-désir d’enfant. Qu’est-ce qui vous a attirée dans la chirurgie esthétique au point d’en faire un objet d’étude ?

C’est justement parce que j’ai travaillé sur l’héritage que je me suis penchée sur ce sujet. Je me suis dit que le recours à la chirurgie esthétique était une forme de refus du corps hérité de l’ascendance, et qu’on était typiquement dans la logique de l’auto-engendrement : on fabrique son corps tout seul. C’est un symptôme parmi d’autres de la modernité, cette idée de l’individu qui se fait seul. Lorsque le corps de…

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité