Moncef Belkhayat : “Les présidents de région font de la pure et simple figuration”

DR

Smyet bak ?

Mhamed, allah yrahmou.

Smyet mok ?

Aïcha.

Nimirou d’la carte ?

A320122. Un Rbati pur jus, mais originaire de Fès.

Acquisition d’entreprises, inaugurations d’usines, élargissement de votre groupe de presse… visiblement, 2020 a été une année faste pour vous. N’avez-vous pas ressenti les effets de la crise?

Je suis justement en route pour discuter de plans de développement supplémentaires. Je souscris au principe qu’il faut travailler jusqu’à son dernier souffle. Othman Benjelloun, que je considère comme une inspiration, m’a dit qu’il faut s’amuser et travailler en s’amusant. Et pour cela, il faut investir. Je tiens d’ailleurs à partager toute ma considération envers lui.

Vous éludez la question…

Certains secteurs ont fonctionné durant la crise, d’autres non. Je suis solidaire des entrepreneurs dans les secteurs du tourisme, de l’événementiel et du transport. Certains membres de ma famille sont actifs dans ce domaine et ont ressenti l’impact de la crise. Dans mon cas, il faut dire que le secteur de la consommation s’est bien porté.

Il se murmure que votre acquisition…

article suivant

LES SAMEDIS DE L’IMMO : le rendez-vous de référence pour des offres immobilières exclusives