Moncef Belkhayat: “Je me retirerai de la vie politique en 2021”

Présidence de la CGEM, rapport de la Cour des comptes, cadre légal du conflit d’intérêt, situation au RNI... le vice-président de la région 
de Casablanca-Settat revient sur les points chauds de l’actualité. 
Et tacle au passage le PJD, sans argument valable parfois.

Par

Toumi

Moncef Belkhayat accepte notre proposition d’entretien quelques heures après son retour d’un voyage privé à Londres. Le rendez-vous est fixé dans les locaux de sa société de courtage en assurances, dont les bureaux offrent une vue imprenable sur le boulevard Al Massira, à Casablanca. S’il est devenu une figure incontournable de la Twittoma, le vice-président du RNI de la région Casablanca-Settat n’a rien perdu de son instinct politique. Il n’hésite pas à fixer son interlocuteur dans les yeux, comme pour mieux le convaincre de la sincérité de son message. En plus de son franc-parler, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports a conservé un autre reliquat d’une carrière politique longue de plus d’une décennie : l’effet d’annonce. Au moment d’initier cet entretien, il nous lance : “J’ai un scoop pour vous”. Le Moncef Belkhayat show peut commencer….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés