Contestation : il était une fois le 20 février

S’inscrivant dans le Printemps arabe et s’en s’inspirant, le Mouvement du 20-Février a obtenu des concessions politiques et constitutionnelles de la part de la monarchie. Mais, victime de conflits internes et d’une guerre d’usure menée par le pouvoir, cette parenthèse de liberté s’est vite refermée.

Par et

TelQuel

Si je devais raconter un moment en particulier à mes futurs petits-enfants, ce serait ma nuit blanche au siège du PSU. Une nuit d’espoir où nous avons chanté et parlé jusqu’au petit matin. Nous ne savions pas ce qui nous attendait en nous rendant au sit-in prévu place des Pigeons à Casablanca.” C’est par ces mots que Hamid, 32 ans, raconte le Mouvement du 20-Février. “Une vieille dame m’a demandé où nous allions. Je lui ai répondu défendre nos droits et les vôtres’. Elle a poussé des youyous de joie. J’en ai eu la chair de poule”, se souvient-il.

Oussama Lakhlifi, un des jeunes leaders du M20, en 2011
“J’ai vu les jeunes en Tunisie, en Égypte, et je me suis dit que le Maroc n’est pas une exception et que chez nous aussi il…

article suivant

Prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 avril 2021