Moulat El Khimar : après la prison, un quotidien impossible

Depuis sa sortie de prison, Hanaa B. se refuse à tout commentaire public. Karima Nadir et Ghizlane Mamouni, très proches d’elle, racontent cette victime, devenue symbole de tous les maux auxquels peuvent être confrontées les femmes dans une société où leurs droits ne sont pas encore une priorité.

Par et

Lorsque la vidéo est diffusée, Hanaa est sous le choc. “Elle jure sur la tête de ses enfants qu’elle ne savait pas qu’elle était filmée”, insiste Karima Nadir. Crédit: DR

Mercredi 3 février, 8 h 30. Karima Nadir, militante des droits de l’homme et activiste au sein du collectif Hors La Loi, et Ghizlane Mamouni, avocate au barreau de Paris et également membre du même collectif, attendent la sortie de Hanaa B. de la prison de Tétouan. Ce jour-là, Hanaa, 24 ans, finit de purger sa peine d’un mois de prison ferme pour “outrage public à la pudeur” et “relations sexuelles hors mariage”, en vertu des articles 483 et 490 du Code pénal. Une affaire largement médiatisée, depuis la diffusion sans son consentement d’une vidéo d’elle en plein rapport sexuel, au début de la semaine du 4 janvier. “Face à la foule qui l’attendait à la sortie, il a été décidé que Hanaa sera transportée dans un véhicule officiel”, raconte Karima Nadir. Les deux activistes…

article suivant

Le gouvernement fédéral nigérian s’apprête à construire le gazoduc Nigeria-Maroc