Article 490 : les députés sont pour une réforme mais...

Revenu au cœur du débat depuis l’affaire Hajar Raissouni, journaliste emprisonnée pour avortement illégal et relations sexuelles hors mariage en 2019, l’article 490 du Code pénal divise toujours société et classe politique. Alors que 15 192 citoyens ont été poursuivis sous le coup de cet article en 2019, les députés, qui eux votent les lois, doivent aujourd’hui s’exprimer. Faut-il le maintenir ou l’abroger ?

Par et

Fatiha Saddas, députée USFP: “Nous avons besoin d’une réforme globale du Code pénal, qui respecte l’esprit de la Constitution”

“Je ne suis pas pour l’abrogation d’un seul article de loi. Beaucoup d’articles du Code pénal posent problème, et on ne peut pas les prendre un par un en demandant à les changer séparément. Si on veut faire du lobbying, il faut que ce soit une approche globale, et non pas une réaction à une affaire en particulier. Nous avons besoin d’une réforme globale du Code pénal, qui respecte l’esprit de la Constitution, ainsi que le contenu des conventions internationales ratifiées par le Maroc. Tout changement doit passer aussi…

article suivant

Enass, un nouveau média pour les “sans-voix” au Maroc