Affaire “Moulat El Khimar”: revenge porn et vide juridique

À quelques jours de la libération de la jeune femme condamnée dans le cadre de l’affaire de vengeance pornographique “Moulat El Khimar”, son avocat annonce un dépôt de plainte contre les sites ayant diffusé la vidéo, ainsi qu’une plainte aux Pays-Bas contre l’homme qui l’a filmée. Derrière cette affaire, un vide juridique, mais aussi une énième instrumentalisation du corps de la femme.

Par

Apparaissant dans une vidéo diffusée contre son gré, une jeune femme a été reconnue coupable d’outrage public à la pudeur, en vertu de l’article 483 du Code pénal, et pour rapport sexuel hors mariage, en vertu de l’article 490. Elle a écopé d’un mois de prison ferme. Crédit: DR

Le 14 janvier, le Tribunal de première instance de Tétouan condamnait une jeune femme, mère célibataire de deux enfants, à un mois de prison ferme après la publication et diffusion à son insu d’une vidéo d’elle en plein rapport sexuel. Cette affaire, surnommée “Moulat El Khimar” (celle qui porte le niqab) en raison de la tenue de la femme figurant sur la vidéo, n’a pas manqué de de faire grand bruit sur la Toile, étant donné que l’homme ayant filmé et publié la vidéo n’a toujours pas été arrêté. Contacté par TelQuel, Me Mohamed Hamidi, avocat de la jeune femme, continue de plaider l’innocence de sa cliente et évoque “un verdict erroné”. Après avoir relancé l’affaire à la Cour…

article suivant

Un homme sur trois serait victime de “violences conjugales” selon le HCP