Ouadih Dada : “L’autocensure, je ne l’ai jamais ressentie depuis que j’ai intégré 2M”

DR

Smyet bak ?

Mohamed.

Smyet mok ?

Rachida.

Nimirou d’la carte?

J359191.

Vous êtes passé de stagiaire à présentateur télé en quatre mois. Vous avez été pistonné ?

Absolument pas ! Ça été un joli concours de circonstances, couplé à une énorme soif d’apprendre et de parvenir à réaliser mon rêve. Ce qui fait aussi que j’ai été repéré, c’est que sur ces quatre mois, j’ai bossé comme un malade parce qu’il fallait que je noie mon chagrin. Mon frère est décédé le jour où je devais commencer mon stage, le 1er mai 2006.

Vous n’avez jamais pensé à retourner en France ?

Ça m’a traversé l’esprit quelquefois, il y a pas mal d’années. Maintenant, je suis ici depuis quinze ans, donc ça ne me trotte plus du tout dans la tête, surtout depuis que je vois comment les choses évoluent au Maroc et pour moi au sein de 2M. Ma carrière se déroulera ici et pas ailleurs.

C’est plus confortable aussi…

Il y a un peu de confort certes, mais…

article suivant

Jaâfar Heikel : “Le Covid long est un phénomène qui reste rare”