La Serbie commence à administrer le vaccin chinois Sinopharm

La Serbie est devenue ce 19 janvier le premier pays d’Europe à administrer le vaccin chinois Sinopharm contre le nouveau coronavirus et à lancer une campagne de vaccination massive.

Par

Le ministre serbe de la Santé, Zlatibor Loncar, reçoit une dose du vaccin chinois Sinopharm à l'Institut de virologie de Belgrade, le 19 janvier 2021. Crédit: Andrej Isakovic / AFP

Selon les autorités, quelque 300 postes de vaccination ont été mis en place dans les principales villes de Serbie afin d’injecter les trois vaccins dont elle dispose désormais, avec le russe Spoutnik V et l’américano-allemand Pfizer-BioNTech. Le ministre de la Santé Zlatibor Loncar a été le premier à recevoir le vaccin chinois à l’Institut de virologie Torlak à Belgrade.

“C’est le seul moyen de retourner à une vie normale, pour que le pays commence à fonctionner comme avant le coronavirus. Les citoyens n’ont aucune raison d’avoir des soupçons, il s’agit de vaccins qui sont tous très sûrs”, a déclaré M. Loncar à la télévision d’État (RTS). Il sera imité le week-end prochain par le président Aleksandar Vucic qui recevra lui aussi le vaccin chinois.

à lire aussi

Un million de doses

La Première ministre Ana Brnabic a précisé que la Serbie s’était procurée jusqu’à présent un million de doses environ des trois vaccins et avait convenu de la livraison de plus de six millions de doses supplémentaires.

Un million de doses de Sinopharm sont arrivées samedi en Serbie, qui avait entamé les vaccinations avant Noël avec 5000 premières doses du Pfizer-BioNTech. Le pays de sept millions d’habitants déplore plus de 3770 morts et plus de 374.000 contaminations au coronavirus.

Le laboratoire Sinopharm a annoncé une efficacité de 79 % pour son vaccin anti-Covid.

article suivant

Ce que signifie la reconnaissance de la Journée internationale de l'arganier, désormais célébrée le 10 mai