Cannabis : que représente le vote aux Nations Unies pour le Maroc ?

Alors que le Maroc a voté, le 2 décembre, en faveur de la sortie du cannabis de la liste des substances toxiques dans le cadre de la Commission des stupéfiants des Nations Unies, plusieurs questions se posent quant aux tenants et aboutissants de ce vote. Décryptage.

Par

“Pour un marché local, 
il faudra commencer par 
des projets pilotes, des expérimentations avec les producteurs qui ont une expertise suffisante”, 
estime Khalid Tinasti. Crédit: PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP

Réunie le 2 décembre 2020 à Vienne en Autriche, la Commission des stupéfiants des Nations Unies a voté, à 27 voix contre 25, pour la sortie du cannabis à usage médical du tableau IV classant les drogues les plus dangereuses. Membre de cette commission, le Maroc, premier producteur mondial – où le cannabis est cependant toujours illégal –, serait à l’origine du vote pivot. Ces changements concernent principalement le développement de la recherche sur les usages médicaux, et la sortie du cannabidiol (avec moins de 0,2% de THC, principe actif du cannabis) du champ de contrôle des conventions sur les drogues, pour une industrie médicale avec des produits cannabiques non stupéfiants. Porteur d’espoir, le vote marocain pose toutefois certaines questions. Est-ce un pas vers la légalisation du cannabis…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé