Mank, l’autre génie derrière Citizen Kane

Après Gone Girl et la série Mindhunter, le réalisateur américain David Fincher revient sur Netflix avec Mank. Un brillant hommage en noir et blanc à Herman J. Mankiewiecz, le scénariste oublié du chef-d’œuvre d’Orson Welles, Citizen Kane.

Par

Mank, David Fincher
En 2h12, Fincher et ses comédiens nous offrent un voyage dans la genèse de l'œuvre majeure d'Orson Welles. Crédit: DR

Les cinéphiles s’accordent à dire que Citizen Kane, du réalisateur Orson Welles, est l’un des plus grands chefs-d’œuvre du cinéma. Avec son récit déstructuré, ses flash-back, sa lumière et ses cadrages particuliers et sa virulente critique du plus grand magnat des médias de l’époque, William Randolph Hearst, ce film, sorti en 1941, a été la source d’inspiration de plusieurs cinéastes — Kubrick, Polanski, Coppola, Nolan… C’est même grâce à ce long métrage qu’Orson Welles, alors âgé de 24 ans, a pu asseoir son statut de génie du 7e art. Mais qu’en est-il vraiment ? Est-il le seul véritable “créateur” de ce film ou est-ce à son scénariste que doivent revenir une bonne partie des éloges ? C’est cette énigme que tente de résoudre David Fincher — car tout est question d’énigme avec lui — à travers Mank, son dernier film. Affiche...</p srcset=

article suivant

Mohammed VI reçoit le ministre des Affaires étrangères émirati