Violences policières : “Un Mohamed a vingt fois plus de risques de se faire contrôler qu’un Paul”

Nesrine Slaoui, journaliste du pure player français Loopsider, revient sur les événements qui agitent l’Hexagone.

Par

Violences policières en France
“Pendant très longtemps, les violences policières étaient cantonnées aux banlieues et quartiers populaires. Aujourd’hui, on y assiste en plein centre de Paris, et certains pensent que c’est un phénomène nouveau”, explique Nesrine Slaoui. Crédit: AFP

En toile de fond des manifestations contre la nouvelle proposition 
de loi de sécurité globale française, le média Loopsider a publié, 
le 26 novembre, une vidéo du passage à tabac par la police de Michel Zecler, producteur de musique noir. Des images qui ont fait le tour d’Internet, 
et une affaire qui cristallise les débats qui enflamment la France.

En France, les dernières semaines ont été pour le moins agitées, avec des manifestations dans tout le pays contre la loi de sécurité globale et, plus généralement, contre une forme d’impunité des violences policières. Quels articles posent problème dans cette loi ?

Le premier est l’article 24, qui veut interdire la diffusion d’images de policiers où leurs visages sont identifiables. Une personne enfreignant cette loi serait passible d’un an de prison et de 45.000 euros d’amende. Il a été voté par l’Assemblée nationale, mais le ministre vient tout juste d’annoncer une réécriture de cet article. Nesrine Slaoui Nesrine…

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc