Salima Naji : “Écoconstruire, c’est saisir une société dans toute sa complexité” 

L’architecture comme levier pour réduire les inégalités sociales et environnementales, tel est le mantra de l’architecte Salima Naji. Par ailleurs anthropologue, elle défend l’architecture comme un bien commun, capable de réinventer notre rapport au monde et d’esquisser des futurs plus désirables.

Par et

Salima Naji est architecte et anthropologue. Crédit: AFP

Dans son dernier ouvrage, Architectures du bien commun, pour une éthique de la préservation, paru en novembre 2019, Salima Naji revient sur son engagement au plus proche des réalités de régions fortement exposées au changement climatique où elle articule restauration du patrimoine collectif et écoconstructions en matériaux premiers/biosourcés depuis 2004. Une façon de remettre le bâtiment au cœur de son contexte social et environnemental, au profit du plus grand nombre, et un engagement qui fait écho en ces temps de crise sanitaire.

Vous estimez que les communautés de l’Atlas et du Sud marocain devraient inspirer la réflexion autour de la durabilité des constructions contemporaines. Quelle grande leçon pourraient-elles nous inspirer dans la façon de construire, donc d’habiter le monde ?

Les sociétés historiques sont des sociétés de la prévoyance. Elles nous apprennent les liens profonds entre économie et écologie, avec un…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé