Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans

La FIFA a suspendu pour cinq ans Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF), pour plusieurs manquements éthiques, dont des détournements de fonds.

Par

Ahmad Ahmad, en 2018 à Casablanca, alors président de la CAF. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Ahmad Ahmad mis hors-jeu : la justice interne de la FIFA a suspendu ce lundi 23 novembre pour cinq ans le président de la Confédération africaine de football (CAF), pour plusieurs manquements éthiques dont des détournements de fonds, alors que le dirigeant malgache briguait un deuxième mandat.

à lire aussi

Le vice-président congolais de la CAF Constant Omari, qui assurait l’intérim depuis mi-novembre pendant que Ahmad Ahmad récupérait du coronavirus, conserve donc cette fonction, a indiqué l’instance du football africain, qui doit élire son nouveau président le 12 mars 2021.

“Mauvaise gestion”

Saisie en 2019 par une plainte pour “mauvaise gestion” d’un ancien secrétaire général de la CAF, la commission d’éthique de la FIFA a estimé qu’Ahmad Ahmad avait “manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d’autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF”.

L’enquête a “porté sur diverses questions liées à la gouvernance de la CAF, dont l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque, ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel…”

Son enquête a “porté sur diverses questions liées à la gouvernance de la CAF, dont l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque, ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel et d’autres activités”, explique la FIFA dans un communiqué. “La CAF et le Président de la CAF prennent acte de cette décision”, s’est bornée à commenter la Confédération africaine dans un communiqué, tout en se disant “inquiète des conséquences sur sa réputation”.

Cette procédure disciplinaire, dont la motivation complète sera dévoilée d’ici 60 jours sur le site de la FIFA, recoupe donc en partie l’enquête pénale ouverte en mai 2019 à Marseille, notamment pour corruption, et qui avait valu au dirigeant malgache d’être interpellé et placé en garde à vue avant de ressortir sans poursuites.

185.000 euros d’amende

Dans ce dossier, la CAF avait dans un premier temps signé avec Puma fin 2017 pour la fourniture d’équipements habillant les 580 bénévoles du Championnat d’Afrique des nations, mais avait rompu cet accord au profit de la PME française Tactical Steel, pour un montant supérieur au contrat initial.

Ahmad Ahmad, qui a succédé en 2017 au Camerounais Issa Hayatou, se voit donc interdire pour cinq ans “toute activité relative au football”, aux niveaux national et international, et pourra faire appel de cette suspension auprès du Tribunal arbitral du sport. La justice interne de la FIFA lui a par ailleurs infligé une amende de 200.000 francs suisses, soit 185.000 euros (environ 2 millions de dirhams).

Cet ancien entraîneur de football et homme politique, qui a été secrétaire d’État au Sport et ministre de la Pêche à Madagascar, avait annoncé fin octobre qu’il briguerait un deuxième mandat à la tête de la CAF, bien que le premier ait été émaillé par une série de polémiques.

À l’été 2019, Ahmad Ahmad avait demandé l’aide de la FIFA pour superviser son organisation, fragilisée par divers problèmes de gouvernance. La N.2 de la FIFA Fatma Samoura avait notamment effectué un mandat de six mois, mais celui-ci, qui visait à accélérer le processus de réforme au sein de l’instance, n’avait pas été renouvelé début février 2020.

Accusé de corruption et harcèlement sexuel

Par ailleurs, licencié en avril 2019, le secrétaire général de la CAF Amr Fahmy avait envoyé une lettre à la FIFA dans laquelle il accusait M. Ahmad de corruption — paiement de pots-de-vin à plusieurs dirigeants, usage personnel de fonds de la CAF — et de harcèlement sexuel à l’encontre de plusieurs salariées de la Confédération.

Quatre candidats se sont déclarés pour prendre la tête du football africain : le Sénégalais Augustin Senghor, avocat et neveu de l’ancien président Léopold Sédar Senghor, le Mauritanien Ahmed Yahya, réputé proche d’Ahmad Ahmad, l’Ivoirien Jacques Anouma et le milliardaire sud-africain Patrice Motsepe.

article suivant

Sahara, rapprochement Maroc-Israël, liens Rabat-Washington: les dernières confidences de David Fischer