Le Polisario, les fake news et la guerre des mots

Rompus à l’exercice, le Polisario et ses alliés usent massivement de la désinformation sur les réseaux sociaux pour déstabiliser le royaume. Mais cette fois, l’état marocain a su réagir en adoptant en amont une stratégie de débunkage des fake news.

Par et

Les autorités marocaines se sont mobilisées pour contrer les fake news du Polisario sur les réseaux sociaux. Crédit: DR

Comme toutes les guerres du XXIe siècle, celle opposant le Maroc au Polisario s’est aussi et surtout passée sur les réseaux sociaux. Depuis le début de l’opération à Guerguerat, des centaines de pages pro-Polisario et pro-Algérie usent intensivement de la désinformation pour tromper l’opinion publique. La plus connue est “réseau Guerguerat médiatique sahraoui” qui compte près de 200.000 abonnés. Les autres pages, comme “les villes occupées” (25.000 abonnés), “l’état sahraoui indépendant est la solution” (45.000 abonnés), le réseau médiatique Amhiriz (6000 abonnés), ou les infos du Sahara occidental en continu (84.000 abonnés), partagent les mêmes publications.

à lire aussi

Le pouvoir des images

Une quinzaine de minutes après la publication des communiqués du ministère des Affaires étrangères et de l’état-major général des Forces armées royales annonçant l’intervention à Guerguerat, la page “réseau Guerguerat médiatique sahraoui” partageait sur Facebook une photo de…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré