Guerguerat, les dessous d’un plan de bataille

Après plusieurs semaines à ronger son frein, le Maroc a crevé l’abcès en intervenant à Guerguerat, occupée depuis plusieurs semaines par le Polisario. Ce petit succès militaire est avant tout 
une grande victoire diplomatique. Récit des évènements.

Par et

DR

Ce vendredi 13 novembre 2020 ne déroge pas à la règle des vendredis 13 bien particuliers. Il est 7 heures passé du matin et l’aube se lève sur Guerguerat. À quelques kilomètres au sud de la localité du sud marocain, des éléments des Forces armées royales s’apprêtent à déloger un groupe de séparatistes qui, depuis plusieurs semaines, occupe régulièrement la zone tampon située à quelques kilomètres du poste-frontière de Bir Gandouz. La zone est stratégique pour le Maroc, ainsi que pour de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest qui dépendent du flux de camions transitant par la région pour alimenter les étals de leurs marchés où les prix des denrées ont augmenté au fur et à mesure du blocage. Sur place, les FAR se tiennent prêtes. La machine est lancée, les règles d’engagement précisées: l’armée ne doit tirer qu’en cas de légitime défense et…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré