Indépendance : pourquoi mars est en novembre ?

Le Maroc fête cette semaine le 65e anniversaire de son indépendance. Une célébration qui n’a pourtant pas toujours eu lieu le 18 novembre. Récit d’une réappropriation monarchique de l’histoire.

Par

Le sultan du Maroc Mohammed V fait son entrée dans le palais royal, avec son fils le prince héritier Moulay Hassan, accueilli par une foule enthousiaste, à Rabat le 6 mars 1956 après son retour de Paris où il a présidé à la première phase des négociations franco-marocaines. Le Maroc qui était sous protectorat de la France depuis 1912 a proclamé son indépendance le 2 mars 1956. Le Maroc célèbre l'anniversaire de son indépendance le 18 novembre, jour du discours du trône, après l'ouverture des négociations avec la France et le retour d'exil du sultan et sa famille. Crédit: AFP

Est-ce le 2 mars ou le 18 novembre ? Voici le sempiternel débat qui met aux prises les historiens marocains. Si, pour la version officielle, la fête de l’indépendance est célébrée le 18 novembre, c’est bien le 2 mars 1956 que le royaume a recouvré “juridiquement” sa pleine souveraineté, grâce aux accords d’Aix-Les-Bains signés entre le président du Conseil marocain Mbarek Bekkay et le gouvernement de la Quatrième République. C’est ainsi que, de 1956 à 1960, le 2 mars est un jour chômé au Maroc et est célébré officiellement comme la fête de l’indépendance. Ce n’est qu’à la mort de Mohammed V que le royaume change cette date. Et Hassan II, sans surprise, y est alors pour quelque chose.

Pour honorer la mémoire de Mohammed V

Mohammed V ayant succombé lors d’une banale opération chirurgicale le 26 février 1961, le prince Moulay Hassan est intronisé le 3 mars 1961. Hasard du calendrier, cette…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré