Récit : la longue bataille de MHE pour réviser l’ALE Maroc-Turquie

Après une longue bataille d’une année, durant laquelle le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy avait menacé de “déchirer” l’accord de libre-échange liant le Maroc à la Turquie, les deux pays sont arrivés à un compromis pour mieux protéger l’industrie nationale.

Par et

La ministre turque du Commerce, Ruhsar Pekcan, en visite au Maroc le 15 janvier 2020, avec son homologue Moulay Hafid Elalamy. Ce dernier a obtenu une première victoire : des négociations à venir pour rééquilibrer l’accord commercial 
avec la Turquie. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Objectif atteint. Le 9 octobre, le Conseil de gouvernement a approuvé l’amendement de l’accord de libre-échange (ALE) entre le Maroc et la Turquie. Après des mois de négociations menées tambour battant par le ministre du Commerce Moulay Hafid Elalamy (MHE), Ankara avait accepté le 24 août dernier la révision de l’ALE liant les deux pays depuis 2004. D’après cet amendement, le Maroc va imposer, sur une période de cinq ans, des droits de douane sur les produits industriels d’origine turque et inscrits à l’annexe I de cet accord, pour atteindre 90 % de la valeur des produits provenant du pays le plus favorisé. Selon Médias24, il s’agirait de 1200 produits relevant de 630 positions tarifaires, principalement dans le textile et habillement, le cuir ou la métallurgie. Par exemple, si le pays le plus favorisé exporte du cuir vers le Maroc…

article suivant

Bonnes feuilles : “La face ‘cachée’ des sociétés civiles au Maghreb : un espoir pour demain ?”