Enseignement de l’histoire : vers un nouveau récit national ?

Le programme d’histoire du primaire fait peau neuve pour la rentrée. Désormais, dans les manuels scolaires, le Maroc est le “berceau de l’Homo sapiens”. Qu’importent les superlatifs, le Marocain de demain pourra connaître un peu mieux son passé.

Par

Abdelouahed Ben-Ncer (g.)
et un membre 
de son équipe d’archéologues étudient un squelette vieux de 5000 ans, dans une grotte 
près de Khémisset, 
en 2010. Crédit: ABDELHAK SENNA / AFP

Les premiers habitants du Maroc étaient des Berbères venus d’Extrême-Orient installés en Afrique du Nord. Ils portaient des peaux d’animaux et vivaient dans des grottes.” C’est, entre autres, ce que des générations entières d’écoliers ont appris depuis l’arabisation du système éducatif national sous Hassan II. De l’histoire ancienne, puisque le programme d’histoire du primaire a été revu et corrigé. Désormais, les cours reviendront sur les découvertes paléoanthropologiques du site archéologique de Jbel Irhoud, dans la région de Safi, en 2017, où vivait le plus ancien représentant connu de notre espèce, l’Homo sapiens, il y a environ 315 000 ans. Il s’agira également de mettre en avant certains sites archéologiques, comme celui de Tafoughalt ou Sidi Abder­rahmane, et des gravures rupestres. Un pas positif pour bon nombre d’observateurs.

Une terre encore à découvrir

C’est la direction des…

article suivant

Republication des caricatures du prophète : petit nœud ou véritable tension entre le Maroc et la France ?