Rabat: A Douar Maâdid et Douar El Hajja un (re)confinement sous tension

Deux quartiers populaires de Rabat sont en quarantaine depuis plus d’un mois. Les habitants sont contraints de revivre l’atmosphère délétère du printemps dernier, lorsque le confinement a été décrété au niveau national. Les chiffres officiels n’indiquent pourtant pas une hausse spectaculaire du nombre de contaminations au Covid-19 dans la capitale. A-t-on évité le pire ?

Par

Les avenues de Maadid et de Douar Al Hajja sont bordées de policiers, les ruelles barricadées, les cafés et commerces fermés jusqu'à nouvel ordre. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Pourquoi laisser rentrer cette camionnette et m’interdire à moi de sortir ? Le chauffeur peut bien être contaminé !”, s’insurge un des habitants de Maâdid, bloqué sur l’artère principale du quartier, très tôt dans la matinée. “Il vous transporte de quoi manger. Quant à vous, nul ne peut sortir sauf en cas d’extrême urgence”, riposte, sèchement, le caïd, une femme. Le jeune homme résiste aux Forces auxiliaires, sommées par leur supérieure hiérarchique de l’alpaguer. Le voisinage intercède pour que l’individu rebrousse chemin. Il jure à pleins poumons qu’il finira par sortir et se retrouver à l’autre bout de la clôture, comme pour narguer l’agent d’autorité.

Aucun bilan officiel n’a pour le moment mesuré l’évolution desdits foyers de la capitale

Des incartades comme celle-ci, nous les…

article suivant

Brute France