Marchés publics : comment le gouvernement compte appliquer la préférence nationale

L’Exécutif a (enfin) officialisé la préférence nationale dans l’attribution des marchés publics, afin d’amoindrir les effets de la crise sur le tissu économique. Les détails.

Par

Aziz Rebbah et Saâd-Eddine El Othmani. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

En gestation depuis le début de la crise du Covid-19, la préférence nationale dans l’attribution des marchés publics est enfin officialisée. Dans une circulaire adressée le 10 septembre aux responsables des différents départements ministériels et établissements publics, le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, appelle ses collaborateurs à prioriser les offres présentées par les entreprises, coopératives et entrepreneurs nationaux.

à lire aussi

Cette nouvelle décision s’inscrit dans le cadre des mesures imposées par l’état d’urgence sanitaire avec l’ambition d’amoindrir les effets de la crise sur le tissu économique national. “Le gouvernement entreprend les mesures nécessaires pour accompagner et soutenir la reprise progressive de l’activité économique et permettre au tissu économique national de reprendre son dynamisme”, lit-on dans le document. “La préférence nationale et l’encouragement de la production nationale sont un pilier essentiel, à même de renforcer la compétitivité de l’entreprise et du produit national, de dynamiser l’économie nationale et de participer au développement du pays et à la…

article suivant

Le ministre Aziz Rabbah annonce sa contamination par le coronavirus