Soumaya Naamane Guessous: “Les huîtres, on ne les avale pas comme des médicaments”

Soumaya Naamane Guessous Crédit: DR

Smyet bak ?

Si Thami.

Smyet mok ?

Fatima.

Nimirou d’la carte ?

B235276.

Depuis quelque temps, vous signez des tribunes sur le site Le360. Vos textes ne passent pas inaperçus, tant ils sont déroutants. Commençons par votre dernière chronique, où vous tissez des supputations sommaires entre les huîtres et la libido masculine. Jouer sur le terrain de l’absurde, c’est fait exprès ou même pas?

En ce moment, à cause de la pandémie, il y a une ambiance macabre qui se dégage dans les médias. Avec ces tribunes, j’ai voulu m’exprimer différemment, m’amuser et offrir un peu de divertissement à ceux qui aimeraient bien me lire. Face à une situation dramatique, on peut être sérieux sans se prendre au sérieux. Les huîtres, c’est un prétexte, une manière de parler d’autre chose que du coronavirus, du vaccin et j’en passe. C’est aussi une manière pour moi de partager des expériences vécues avec le public, taquiner les hommes et marquer mon étonnement par rapport à des phénomènes comme l’engouement pour les huîtres. Les…

article suivant

Assemblée générale de l’ONU : avec El Othmani en porte-drapeau, le Maroc entame un ballet diplomatique virtuel