“Nous risquons d’être submergés par le virus” : Ait Taleb défend les mesures prises pour Casablanca

Selon le ministre de la Santé, les mesures imposées par le gouvernement au niveau de Casablanca, en vue de limiter la propagation du nouveau coronavirus, étaient indispensables pour permettre aux structures sanitaires de prendre en charge les cas contaminés.

Par

Conférence de presse du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

La situation épidémiologique au Maroc a été marquée par une tendance haussière ces dernières semaines, avec un record de contamination enregistré ce dimanche 6 septembre qui a dépassé la barre des 2000 cas, déplorait le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, dans une déclaration à la presse le même jour.

45 % de cas graves à Casablanca

Sur les 2234 cas, 42 % ont été enregistrés dans la région de Casablanca et plus précisément au niveau de l’agglomération de Casablanca, a-t-il fait observer. La métropole se démarque nettement par son nombre important de cas graves, soit 89 malades sur les 201 cas notifiés dimanche, ce qui représente un ratio d’environ 45 %, a-t-il ajouté, relevant que le nombre de cas asymptomatiques est égal au nombre des cas symptomatiques.

“Nous risquons d’être submergés par le virus. Dès lors, des mesures drastiques s’imposent, sinon la situation risque d’être incontrôlable dans les jours à venir”

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé

“Cela montre qu’il y a une forte propagation du virus aujourd’hui et que les malades qui sont symptomatiques vont prendre le dessus sur les cas asymptomatiques, ce qui représenterait un danger pour l’infrastructure hospitalière et un risque de saturation dans les jours à venir (…) Nous avons fait le nécessaire pour endiguer la propagation du virus à Casablanca avec les mesures de bouclage, les cordons sanitaires et sécuritaires, la limitation de l’activité et au niveau de la communication pour inciter les gens à se conformer aux mesures barrières, mais en vain, et nous constatons toujours une recrudescence importante”, a poursuivi Khalid Ait Taleb, avant de justifier les nouvelles décisions.

Nouvelles mesures

Nous risquons d’être submergés par le virus. Dès lors, des mesures drastiques s’imposent, sinon la situation risque d’être incontrôlable dans les jours à venir.” Ait Taleb a mis l’accent sur la nécessité de se conformer aux mesures barrières, notamment le port obligatoire du masque, la distanciation physique et les règles d’hygiène, comme seuls moyens aujourd’hui pour circonscrire la pandémie, en l’absence d’un vaccin.

à lire aussi

Le gouvernement a décidé d’instaurer de nouvelles mesures en vue de circonscrire la propagation du coronavirus au niveau de la préfecture, à compter de ce lundi 7 septembre. Ces mesures consistent à fermer l’ensemble des issues de la préfecture et à soumettre le déplacement de et vers son territoire à une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales, ainsi que la fermeture de tous les établissements scolaires (primaires, collèges, lycées et universités), avec l’adoption de l’enseignement à distance à partir de ce lundi.

Il s’agit aussi de la fermeture des marchés de proximité à 15 h, des cafés et commerces à 20 h et des restaurants à 21 h, outre l’interdiction des déplacements nocturnes sur l’ensemble du territoire de la préfecture entre 22 h et 5 h du matin, excepté pour les cadres de santé et de sûreté, les employés des secteurs vitaux et sensibles et ceux du transport de marchandises, à condition de justifier leur travail de nuit, a précisé un communiqué du gouvernement.

Ces mesures resteront en vigueur durant les 14 prochains jours et la situation épidémiologique dans la ville sera soumise à une évaluation minutieuse et continue pour prendre les décisions appropriées, selon la même source.

(avec MAP)

article suivant

Généralisation de la couverture sociale : Le RAMED sera confié à la CNSS, 14 milliards de dirhams consacrés à la réforme