Comment les essais cliniques des vaccins chinois seront mis en place au Maroc

Les autorités marocaines ont conclu deux accords avec le groupe pharmaceutique chinois Sinopharm, afin de mener la dernière phase des essais cliniques qui précèdent la mise sur le marché de son vaccin anti-Covid-19. Une première pour le Maroc, pour laquelle il va encore falloir se montrer patient.

Par

De l’espoir, mais une lueur seulement, tant la course au vaccin reste encore longue.  Crédit: Mladen ANTONOV / AFP

On pensait le Maroc condamné à rester spectateur de cette course au vaccin, pendant que l’essentiel se passe ailleurs. Du moins jusqu’au 17 août et un premier indice lâché par le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb : “Le royaume, à l’instar de ce qui se passe à l’international, va participer, avec certains pays, aux essais cliniques multicentriques relatifs au Covid-19”. Le Maroc, concerné dans le développement du fameux vaccin auquel toute l’humanité se rattache désormais ? Amené à s’exprimer devant la presse, le ministre de la Santé n’a pas dû réfléchir longtemps avant de lâcher une bribe de ce pare-feu inespéré. Notamment dans une mi-août de torpeur, mais, cette année, avec un autre curseur : les hôpitaux saturent, les cas contaminés arrivent de plus en plus graves aux portes des urgences et, de Tanger…

article suivant

Tourisme : Ryanair repart à l’assaut du Maroc