La rentrée universitaire prévue pour mi-octobre

La rentrée universitaire 2020-2021 débutera mi-octobre prochain, a annoncé ce 24 août le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Par

Université Dhar El Mahraz à Fès. Crédit: DR

Dans son communiqué, le département de l’enseignement supérieur fait savoir que les étudiants auront la possibilité de choisir entre l’enseignement à distance ou présentiel en groupe restreint, relevant que les mesures d’accompagnement des épreuves de la session de printemps reportée seront mises en œuvre à partir de début septembre prochain en vue de clôturer l’année universitaire 2019-2020.

Port du masque obligatoire

L’enseignement en présentiel sera accompagné par un ensemble de mesures de prévention, en coordination avec les autorités publiques compétentes, afin de renforcer la prévention et la sécurité sanitaires, portant essentiellement sur le port obligatoire de masques à l’intérieur des espaces universitaires, la réduction du nombre de personnes dans les amphithéâtres et les salles, ainsi que la désinfection continue des espaces de formation et d’enseignement.

La même source relève que le modèle pédagogique adopté pourrait à tout moment faire l’objet d’adaptations au niveau de chaque université publique, ou établissement d’enseignement supérieur ne relevant pas des universités, établissement d’enseignement supérieur partenaire ou établissement d’enseignement supérieur privé, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique et des changements pouvant survenir au niveau de chaque région.

Quant aux modalités de la rentrée universitaire 2020-2021, le ministère a souligné que la préinscription des nouveaux étudiants a été initiée à distance via les plateformes électroniques des universités. Une inscription qui sera progressivement complétée avec la simplification des procédures en vigueur, selon un calendrier annoncé par chaque université séparément.

Parallèlement aux procédures de reprise de l’enseignement, le ministère a fait savoir que l’Office national des œuvres universitaires sociales et culturelles menait actuellement des travaux avec le ministère et les autorités publiques compétentes afin de définir les conditions objectives et les formules appropriées pour une ouverture éventuelle des cités universitaires, tout en prenant en considération l’évolution de la situation épidémiologique dans chaque région, relève le communiqué.

Examens, mode d’emploi

Les mesures d’accompagnement des épreuves de la session de printemps reportée seront mises en œuvre à partir de début septembre prochain en vue de clôturer l’année universitaire 2019-2020, et ce en appui de la programmation spécifique de toutes les universités publiques, des établissements de l’enseignement supérieur ne relevant pas des universités, des établissements de l’enseignement supérieur partenaires et des établissements de l’enseignement supérieur privés, dans le cadre de leur indépendance et du respect des décisions de leurs organes de décision afin de passer les examens reportés et faire réussir la rentrée universitaire actuelle tout en prenant en considération l’évolution de la situation épidémiologique aux niveaux local, provincial et régional.

La même source note également qu’au niveau des établissements universitaires à accès limité, les connaissances et les compétences seront évaluées à distance. S’agissant des établissements dont l’accès est ouvert, les connaissances et les compétences seront évaluées en présentiel tout en augmentant le nombre des centres d’examens et en les rapprochant des étudiants.

Après avoir salué les efforts déployés par les professeurs-chercheurs et les administrateurs lors de la session de printemps, le ministère les a appelés à fournir davantage d’efforts et de mobilisation pour faire réussir cette échéance et affronter cette circonstance délicate que connaît le royaume à l’instar des autres pays du monde.

(avec MAP)

article suivant

Après une nouvelle tentative d’obstruction à Guergarat, le Polisario rappelé à l’ordre par l’ONU