Mali : des militaires renversent le président, le Maroc “préoccupé”

Les militaires qui ont renversé mardi 18 août le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, ont promis mercredi une transition politique et des élections générales.

Par

Des soldats maliens acclamés par la foule, le 18 août 2020 à Bamako Crédit: AFP / STRINGER

Nous, forces patriotiques regroupées au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l’histoire”, a déclaré à la télévision publique ORTM le porte-parole des militaires mutinés, le colonel-major Ismaël Wagué, chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air.

Notre pays le Mali sombre de jour en jour dans le chaos, l’anarchie et l’insécurité par la faute des hommes chargés de sa destinée”, a accusé l’officier. Il a assuré que les militaires voulaient assurer “une transition politique civile” qui devrait conduire à des élections générales dans un “délai raisonnable” non précisé.

Le président Keïta arrêté

Auparavant, dans une déclaration télévisée, le président Keïta, arrêté quelques heures plus tôt par des militaires, a annoncé sa démission, la dissolution du gouvernement et celle de l’Assemblée nationale. “Je voudrais, à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment”, a dit Ibrahim Boubacar Keïta dans une allocution diffusée par la télévision nationale ORTM. “Et avec toutes les conséquences de droit : la dissolution de l’Assemblée nationale et celle du gouvernement”, a-t-il ajouté.

Le président et le Premier ministre “ont été conduits par les militaires révoltés dans des véhicules blindés à Kati”

La mutinerie a éclaté mardi 18 août au matin dans la garnison militaire de Kati, près de Bamako. Des soldats ont ensuite fraternisé avec des manifestants qui réclament depuis des mois la démission du président. Puis ils ont arrêté à Bamako le président Keïta et son Premier ministre Boubou Cissé. “Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministre sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui”, au domicile du président à Bamako, a déclaré à l’AFP un des chefs de la mutinerie, qui a requis l’anonymat.

Le directeur de la communication du chef du gouvernement, Boubou Doucouré, l’a confirmé. Le président et le Premier ministre “ont été conduits par les militaires révoltés dans des véhicules blindés à Kati”, où se trouve le camp Soundiata Keïta, à une quinzaine de kilomètres de Bamako.

La Cédéao condamne le coup d’État

Dans Bamako, les mutins ont été acclamés par des manifestants rassemblés pour réclamer le départ du président aux abords de la place de l’Indépendance, épicentre de la contestation qui ébranle le Mali depuis plusieurs mois, avant de se diriger vers la résidence du président Keïta, selon la même source.

L’organisation régionale “condamne avec la plus grande fermeté le renversement par des militaires putschistes du gouvernement démocratiquement élu du président Keïta”

Dans la soirée, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a condamné le putsch. L’organisation régionale “condamne avec la plus grande fermeté le renversement par des militaires putschistes du gouvernement démocratiquement élu du président Ibrahim Boubacar Keïta”, selon un communiqué.

La Cédéao “dénie catégoriquement toute forme de légitimité aux putschistes et exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel”, déclare le communiqué. Elle “exige la libération immédiate” du président malien et “de tous les officiels arrêtés”. La Cédéao “suspend” le Mali de tous ses organes de décision “avec effet immédiat”. Elle “décide de la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les (autres) pays membres de la Cédéao et le Mali”.

Enfin, la Cédéao “demande la mise en œuvre immédiate d’un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leurs partenaires et collaborateurs”. Une visioconférence des chefs d’État de la Cédéao sur “la situation au Mali” se tiendra jeudi 20 août sous la présidence du chef de l’État nigérien Mahamadou Issoufou, a annoncé la présidence du Niger, qui préside actuellement la Cédéao.

Le Maroc appelle au dialogue

Le Maroc suit aussi avec préoccupation les événements au Mali, a affirmé mardi 18 août le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. “Le Royaume du Maroc, attaché à la stabilité dans ce pays, appelle les différentes parties à un dialogue responsable, au respect de l’ordre constitutionnel et à la préservation des acquis démocratiques, afin d’éviter tout retour en arrière préjudiciable au peuple malien”, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a, quant à lui, appelé à la “libération immédiate et sans conditions” du président malien et au “rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel”. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira mercredi en urgence au sujet de la crise au Mali, à la demande de la France et du Niger.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé mardi “son plein soutien aux efforts de médiation en cours des États d’Afrique de l’Ouest. Le Mali est confronté depuis des mois à une grave crise sociopolitique qui préoccupe la communauté internationale”.

Une coalition hétéroclite d’opposants politiques, de guides religieux et de membres de la société civile a multiplié les manifestations pour réclamer le départ du président Keïta, accusé de mauvaise gestion. Le Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques du Mali (M5-RFP), qui mène la contestation, avait refusé une rencontre avec le président Keïta, fixant notamment comme préalable la fin de la “répression” contre ses militants. Le week-end du 10 juillet, une manifestation à l’appel du Mouvement du 5 juin avait dégénéré en trois jours de troubles meurtriers.

(avec agences)

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi