Royal Air Maroc : entre la direction et les représentants du personnel, le conflit s’enlise

Malgré le plan de licenciement revu à la baisse au sein de la Royal Air Maroc, les représentants des salariés de la compagnie aérienne ne décolèrent pas.

Par

Abdelhamid Addou, PDG de la RAM, pose près de la maquette du super Boeing 787-9. Crédit: DR

Sur les 450 employés initialement concernés par le plan de licenciement économique annoncé en juillet par Royal Air Maroc – sans compter les employés de la filiale de la RAM, Atlas multiservices (AMS) –, 140 devraient finalement être licenciés, dont 65 pilotes, 59 membres du personnel navigant commercial (PNC) et 16 du personnel au sol, apprend TelQuel de source syndicale. Un plan de licenciement revu à la baisse qui ne satisfait toujours pas les syndicats et associations représentatives des salariés de la compagnie aérienne. Ces derniers continuent de dénoncer un “vice de forme” et des “manquements sur le fond” lors de la présentation de ce plan économique. “On ne peut pas dire que c’est une victoire, car la victoire, c’est de ne licencier personne”, tranche un représentant syndical qui a requis l’anonymat.

Dialogue impossible ?

Jeudi 13 août, une commission provinciale chargée d’examiner la situation de la compagnie nationale et de statuer sur les…

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi