Discours du trône : comment l’État va réorganiser ses participations stratégiques

Dans son discours à la nation le 29 juillet, le roi Mohammed VI a appelé à la création d’une nouvelle agence nationale “dont la mission consistera à assurer la gestion stratégique des participations de l’État et à suivre la performance des établissements publics”. Cette agence augure un rôle nouveau de l’État-actionnaire.

Par

Le ministre des Finances Benchaâboun a signé, mardi, trois accords de garantie de prêts de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour 300 millions d'euros. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Un nouveau projet dans les cartons, pour engager “la réforme profonde du secteur public”. C’est l’un des curseurs placés par Mohammed VI, dans son discours à la nation ce 29 juillet, dans lequel il a insisté pour lancer ce chantier “avec diligence”, dans les plus brefs délais donc. Dans cette optique, le roi a annoncé la création d’une agence nationale, “dont la mission consistera à assurer la gestion stratégique des participations de l’État et à suivre la performance des établissements publics”.

à lire aussi

Une structure sur laquelle est revenu le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, le 4 août. Cette agence constitue un “objectif principal”, a expliqué le ministre dans une conférence de presse.

Une nouvelle agence, pour quoi faire?

La restructuration des Établissements et entreprises publics (EEP) se fera en…

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi