L’Aïd et le chaos étatisé

Par Fatym Layachi

Depuis le début de cette crise qui semble interminable, tu as tout fait pour trouver un tas de choses plutôt très bien faites. Tu as applaudi la gestion irréprochable du début de la pandémie. Tu t’es dit que le pays gérait plutôt bien. Mais ça fait quelques semaines que tu as beau essayer, tu n’arrives plus du tout à être positive. Dimanche dernier, à une heure tardive évidemment. Ici, on adore prendre des décisions à des heures tardives, et si c’est dimanche c’est encore mieux! Dimanche dernier donc, les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont publié un communiqué décrétant la fermeture de huit villes.Cette décision a été prise au vu du manque de respect de la majorité des citoyens des mesures préventives prises”. Tu ne vas pas commenter la forme et le côté punition de la décision. Tu as pris l’habitude du surréalisme. Dans le fond, tu as l’impression que cette mesure a été prise pour tenter d’éviter le risque de propagation du virus à cause des éventuels pics de déplacements pour l’Aïd. Et bien entendu que…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés