Histoire : protocole royal, des rites au service du pouvoir

Immuable, le protocole royal au Maroc se perpétue à travers les époques, entre rites, soumission et révérence. D’où vient-il ? Quel usage en ont fait Mohammed V et Hassan II au XXe siècle ? Sous Mohammed VI, assiste-t-on à un relifting ou à une refondation de ces traditions ? Enquête sur ces rites d’un autre âge, à mi-chemin entre 
le sacré et le politique.

Par

DR

La nouvelle est tombée courant juillet. Comme attendu, Mohammed VI a décidé, en raison du contexte de la crise sanitaire, d’annuler la fête du trône, d’ordinaire point d’orgue du protocole royal. Cette cérémonie d’allégeance (la bey’a), qui met au centre le rapport entre le souverain et la population, concentre nombre d’ingrédients liés à la “culture de la cour”. Mais annulation ou pas, le protocole continue de se perpétuer, à la fois fascinant et effrayant.

“Historiquement, il faut avoir à l’esprit que le Maroc depuis 20 siècles n’a connu qu’une institution: la monarchie. Mais c’est sous les Saadiens (1554-1636) et les Alaouites (depuis 1668) que le protocole royal trouve une accélération”

Mohamed Chiker, chercheur
Un ensemble de rites nimbés de mystère,…

article suivant

Abécédaire de l’histoire de l’art au Maroc avec la nouvelle exposition du MMVI